“Donjons & Dragons” et le retour du blockbuster sincère

Enfin un film fantastique qui n’est pas gêné par lui-même.

Paramount Pictures

Les meilleures sessions de Donjons & Dragons oscillent entre des histoires émouvantes de travail d’équipe et des blagues douloureusement ringardes. Un barbare, un barde, un sorcier et un druide entrent dans une auberge – que se passe-t-il ensuite ? Pourquoi, des actes de bravoure, bien sûr, ou au moins un peu de balancement de hache chaleureux. Le jeu de table collaboratif invite chaque joueur à faire preuve de créativité ; les interprétations les plus inspirées plongent les joueurs dans un monde fantastique et leur demandent d’improviser leur chemin. Cette imprévisibilité est fondée sur quelques clichés utiles : les règles de la magie D&D seront familières à quiconque a vu la moitié d’un Hobbitet la plupart des récits d’histoires suivent l’arc d’un héros éprouvé.

Donjons & Dragons : l’honneur des voleurs, un nouveau film réalisé par Jonathan Goldstein et John Francis Daley, met parfaitement en bouteille ce mélange de traditions et d’invention de jeu de rôle. Il oppose un groupe d’opprimés à un méchant impitoyable et tout-puissant, mais fait chanter cette formule familière, et pas seulement parce que le personnage de Chris Pine joue un méchant luth. C’est un blockbuster moderne, chargé de créatures CGI élaborées et de décors extravagants. Mais sa sincérité rappelle une époque pré-Marvel : Honneur parmi les voleurs est exempt de blagues à la caméra et de tentatives désespérées de préparer l’histoire pour une légion de suites hypothétiques.

Daley et Goldstein, qui sont évidemment des joueurs chevronnés de D&D passionnés par le monde complexe du jeu, ont créé un princesse mariée– une saga d’enrichissement personnel et de vengeance dans laquelle même le fan le plus occasionnel peut entrer. Dans le même temps, le film fait écho à la spontanéité du jeu, sautant de rencontre en rencontre avec une irrégularité – les personnages seront dans une taverne un instant et dans un monde souterrain infernal quelques minutes plus tard – qui semble naturellement adaptée à l’histoire.

Pine joue Edgin Darvis, un bandit charismatique dont les compétences semblent commencer et se terminer par la ballade, mais comme tout bon barde D&D, il est doué pour gonfler tout le monde autour de lui. Son compagnon le plus proche (bien que profondément platonique) est Holga (joué par Michelle Rodriguez), un guerrier exilé avec une hache. Alors que le couple traverse leur ville et ses environs, ils sont rejoints par deux autres vauriens à la recherche d’un but supérieur : un sorcier médiocre nommé Simon (Justice Smith) et un démon métamorphe appelé Doric (Sophia Lillis ), qui aime se transformer en une grosse bête appelée “hibou-ours”. Leur quête est apparemment de voler la fortune d’un seigneur local et ancien allié nommé Forge (Hugh Grant), mais la plus grande priorité d’Edgin est de récupérer sa fille, Kira (Chloe Coleman), qui est piégée sous la garde de Forge. Alors que tout le monde contribue aux pouvoirs martiaux et / ou magiques, Edgin essaie surtout de comprendre comment gérer le dernier revers, bavardant avec enthousiasme sur la promulgation du «Plan D» alors même que ses compatriotes soulignent que le «Plan D» est exactement le même que «Plan B.” “Ouais, mais le plan B a une puanteur”, grogne Edgin.

Donjons & Dragons : l’honneur des voleurs aurait pu facilement plonger dans l’auto-parodie, se moquant de sa propre bêtise pour rassurer le spectateur que tout le monde est dans la blague. Ce sous-texte de “Ne vous inquiétez pas, personne ne prend ça au sérieux” empoisonne les pires films de super-héros ; à ce jour, ce genre semble embarrassé de lui-même, même après des années de tête d’affiche dans les cinémas. Mais bien que ce film soit tout aussi léger et aéré, et semble être commercialisé auprès du même public, cela m’a davantage rappelé le remake de 1999 de La momie et ses ancêtres Spielbergiens : des aventures empreintes d’un charme lâche et assuré.

L’action en Honneur parmi les voleurs est bien chorégraphié. Quiconque a apprécié le dernier effort de réalisation cinématographique de Goldstein et Daley, le thriller comique Soirée jeu, savent qu’ils abordent la géographie spatiale avec plus de soin que de nombreux cinéastes à succès. Mais je tapais vraiment des pieds avec joie pendant les envolées de fantaisie du film (son dé à 20 faces lance pour l’intelligence plutôt que pour la force, si vous voulez): Un braquage, la contrebande d’une peinture enchantée, incorpore des portails magiques de manière imaginative , et il y a un interrogatoire dans un cimetière où chaque cadavre peut répondre à cinq questions avant de s’effondrer à nouveau.

Les quatre voyageurs s’aventurent également dans un cachot profond, aidés par le noble et chevalier Xenk Yendar (un Régé-Jean Page à la flèche droite pâmée), et affrontent un dragon particulièrement corpulent. La bête n’est pas totalement inoffensive mais se révèle bientôt être un autre outsider attachant dans un film qui en est bourré. Donjons & Dragons fonctionne en partie parce que le public s’enracine pour que tout le monde, même les adversaires, s’amuse. L’acte final, en particulier, évoque la même joie qui anime le jeu : plus vous avancez, plus votre lien avec les personnages jouant à vos côtés est profond.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

Get The Latest Updates

Subscribe To Our Weekly Newsletter

No spam, notifications only about new products, updates.

Tag

Lire

Articles Similaires