Revue Terra Nil (PC)

L’énergie éolienne est éparpillée dans toutes les formations rocheuses disponibles, y compris certaines que j’ai créées moi-même. Ils alimentent de nombreux épurateurs de toxines de base, qui constituent la première étape du long chemin vers la restauration des écosystèmes. Les irrigants redonnent à une partie des terres une bonne teinte de vert, tandis que des pompes à eau soigneusement placées font couler à nouveau les rivières.

C’est la partie relativement facile du processus de restauration. Des bâtiments plus complexes sont nécessaires pour essayer de remettre le climat en forme, créant ainsi un environnement accueillant. Une fois que la pluie commence à tomber, même la terre aride que je n’ai pas pu affronter pendant la première phase devient verte. Il est donc temps de réfléchir aux différents types de flore et à la manière de les équilibrer.

Tous ces efforts aboutiront à la réintroduction d’animaux dans la région. Chacune des espèces présentées a des préférences d’habitat différentes et il est peut-être temps de revenir en arrière et de faire d’importants travaux de remodélisation pour créer les conditions requises. Parfois, la reconstruction d’un écosystème prospère implique beaucoup de destruction créative.

Terra Nil est développé par Free Lives, avec l’édition de Devolver Digital. J’ai joué avec Steam sur PC. Il sera également proposé sur les appareils mobiles via Netflix. Le jeu utilise des idées de construction de villes familières mais les déploie d’une manière nouvelle, demandant aux joueurs de redonner vie à des paysages arides.

L’univers présenté est le nôtre mais poussé suffisamment loin dans le futur pour que la planète soit stérile, les écosystèmes détruits par la pollution et une civilisation qui ne veut pas ou ne peut pas y faire face. La terre est stérile, les océans sont pollués et rien n’est vert. Les joueurs vont lentement gérer la situation et restaurer le monde mais, à juste titre, il n’y a pas de présence humaine dans le jeu.

Il y a des signes que nous existons mais nous ne voyons pas de visages, et nous ne savons pas qui organise tout. Cette rareté narrative donne aux joueurs l’espace pour remplir l’espace avec leurs propres idées. Cela signifie également que le jeu n’a pas à prendre de position politique et que le fait de recréer des environnements vierges bénéficie du soutien de toute la race humaine.

Les niveaux de Terra Nil commencent par des paysages arides et la vue est un peu déprimante. Les joueurs se concentreront d’abord sur la pose de moulins à vent pour obtenir le pouvoir d’ajouter ensuite des épurateurs de toxines et des irrigateurs pour obtenir des ressources supplémentaires et rendre une grande partie du niveau capable de supporter plus de flore. Les pompes à eau amènent l’eau dans les lits des rivières et les calcificateurs ou bâtiments équivalents créent plus de formations rocheuses pour répéter la boucle.

Atteignez un certain seuil et un nouveau niveau de bâtiments s’ouvre, axé sur divers types de flore et d’équilibrage climatique. Le jeu propose utilement une liste d’objectifs optionnels, mais les joueurs sont libres d’aller à leur rythme et de créer leurs propres jalons intermédiaires. Il est alors temps de réintroduire la faune.

Cet effort implique un système de numérisation pour découvrir leurs besoins et s’assurer que le paysage reconstruit peut les prendre en charge. C’est un peu plus délicat que je ne le voudrais. La quatrième phase est la partie la plus intéressante de Terra Nil. Les joueurs doivent utiliser une gamme de nouveaux bâtiments pour recycler tout ce qu’ils ont déposé au cours des trois premières phases.

L’objectif est de laisser derrière lui un environnement vierge sans aucun signe de l’effort qui a été nécessaire pour arriver à ce point. J’ai adoré cette partie du jeu et comment tous les choix de construction faits par les joueurs sont importants et peuvent rendre plus difficile pour eux la réalisation de leur tâche.

Les développeurs ont également pris la décision intelligente d’inclure un mode Zen, permettant aux joueurs d’éliminer tous les coûts et de se concentrer sur la simple réalisation du défi. Vous avez également le choix entre trois niveaux de difficulté. Plus de jeux devraient offrir autant de granularité de choix.

L’idée principale de Terra Nil est bien représentée par son gameplay, en particulier lors des deux premières étapes. Il n’est pas difficile de maintenir un équilibre entre les revenus et les dépenses des feuilles tout en poussant au vert autant que possible la carte (et il y a toujours la possibilité de redémarrer et d’utiliser les leçons apprises sur une ardoise vierge). Il est plus difficile d’aimer la numérisation associée au travail de réintroduction d’animaux.

J’ai adoré l’idée de tout recycler pour laisser une zone vierge avant de partir. Il n’y a aucun moyen de fournir une expansion éternelle de city-builder classique lorsque l’objectif est de reconstruire un écosystème. Le jeu le reconnaît conceptuellement et crée des mécanismes adaptés à l’idée. Mais il semble un peu trop facile de tout recycler, même si les joueurs devront peut-être créer quelques nouvelles rivières au cours du processus. Cette partie du jeu nécessitait un gameplay plus innovant.

La présentation de Terra Nil est principalement axée sur la fonction, pas sur la beauté. Cela a l’air bien lorsque le joueur reste en zoom arrière, travaillant à restaurer l’écosystème et à trouver le meilleur moyen de le ramener à la vie. Un zoom avant révèle un relatif manque de détails, surtout lorsque les animaux apparaissent. Le jeu propose également un mode de capture d’écran dédié pour que les joueurs souhaitent documenter l’évolution d’un écosystème de fonctionnement stérile à recréé.

J’aime la variété des biomes et le livre d’indices est également magnifiquement conçu. La bande-son reste principalement en arrière-plan, mais elle est agréable et relaxante. J’aime la façon dont le paysage sonore se déplace et intègre plus d’effets au fur et à mesure de la restauration, offrant une autre façon de suivre la guérison de la terre.

Terre néant

Le bon

  • Idée de construction de ville inversée
  • Re-sauvage de la complexité
  • Niveau généré de manière procédurale

Le mauvais

  • Numérisation d’animaux
  • Le recyclage semble simple
  • Récit limité

Conclusion

Terra Nil est un constructeur de ville inversé optimiste et bien conçu. Ses idées de gameplay sont faciles à comprendre et chaque scénario pose des défis spécifiques qui demandent de l’attention et du soin à résoudre. Les joueurs adoreront le sentiment d’espoir qui imprègne le processus minutieux de prendre un paysage aride et de l’amener à un point où la flore et la faune sont en harmonie et où il ne reste aucune présence humaine.

Le mélange de niveaux générés de manière procédurale avec une variété de biomes maintient également le défi frais. Verdir les niveaux semble relativement facile au début, mais il y a beaucoup de profondeur mécanique à explorer. Terra Nil n’atteint jamais la complexité de certains de ses concurrents constructeurs de villes, mais a un angle unique et un gameplay innovant.

Une clé de révision a été fournie par l’éditeur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

Get The Latest Updates

Subscribe To Our Weekly Newsletter

No spam, notifications only about new products, updates.

Tag

Lire

Articles Similaires